Foire aux questions

Nous avons vos réponses

1
Général

Le management de transition, c'est quoi ?

En résumé c’est de l’intérim pour cadres dirigeants. Une entreprise fait intervenir temporairement un manager extérieur pour assurer une fonction ou pour piloter un projet pour lesquels elle ne dispose pas de ressource en interne. Il peut s’agir de fonctions du CODIR, mais aussi du middle-management, de la direction de projet ou de l’expertise spécifique. La grande différence avec l’intérim « classique » est le suivi de mission assurée par le cabinet de management de transition : il joue un rôle fondamental dans l’adéquation profil / mission, puis de conseil et de hotline durant toute la durée de l’intervention.

Dans quel cas fait-on appel à un manager de transition ?

Le manager de transition intervient dans un contexte instable de changement (croissance externe, déconsolidation, projets stratégiques de croissance, restructuration). Dans les situations stables, il s’agit le plus souvent d’un besoin en urgence (remplacement délicat, expertise spécifique, délais de recrutement).

Pourquoi employer un manager de transition plutôt que de recruter ?

Il y a 4 raisons à cela : réactivité, souplesse, coût, et conseil extérieur. Nous sommes capables de proposer un profil en moins de 48h. Nos contrats permettent d’adapter en temps réel l’intervention du manager en fonction des besoins. Petites ou grosses, les entreprises souhaitent corréler leurs dépenses à la nature des projets : le temps partagé et les missions temporaires sont notre meilleure réponse. Enfin, le manager et le client bénéficient pendant toute la mission du support d’un directeur associé du cabinet.

Qui choisit le manager qui va intervenir dans mon entreprise ?

La décision finale appartient toujours au client. Mais le cabinet joue un rôle essentiel dans la qualification du profil en amont : le cadrage et la compréhension du contexte d’intervention, le choix du manager en fonction de ses compétences au regard de ce cadrage (analyse de parcours, contrôle de références), et la caractérisation de l’état d’esprit du manager. Ce dernier point est primordial : il constitue 80% du travail de pré-qualification. Nous présentons au final entre 1 et 3 profils, selon les souhaits du client.

Je suis manager, comment rejoindre votre réseau ?

Le plus simple est de postuler dans l’espace dédié de notre site web (lien). Toutes les candidatures sont traitées et reçoivent une réponse de notre part sous 15 jours. Nous recevons entre 5 et 10 candidatures par jour.

2
Le manager

Sur quel critère est sélectionné le manager ?

Chaque profil est analysé en termes de potentialité. Chez Inside Management il n’y a pas de profil-type mais des caractéristiques communes: expertise up to date (savoir-faire), volonté de transmettre, savoir-être (humilité, qualité d’écoute), curiosité, charisme. Rajoutons la mobilité, dans la mesure où cet aspect est dominant dans les missions de transition. Nous attachons la plus grande importance à l’état d’esprit, car il est un pilier dans la réussite d’une mission (humilité, convictions, sens du service, capacité d’adaptation, transparence, engagement).

Quel est le profil d'un manager de transition ?

En termes de compétences, nous sommes un cabinet généraliste donc le spectre est très large. Il y a cependant des caractéristiques communes : expérience significative en management et/ou conduite de projet, faculté d’adaptation, sens du service, engagement, transparence, et humilité. Citons également un « défaut » commun : ils s’ennuient profondément (et deviennent mauvais) lorsque leur action commence à ronronner tranquillement. Contrairement à une idée reçue, les managers ne sont pas tous des « aficionados » du management de transition : la moitié considère le management de transition comme l’une des pistes possibles dans leur projet professionnel.

Comment être sûr que le manager va vraiment s'investir dans mon entreprise ?

C’est toute la responsabilité du cabinet. D’abord dans le process de qualification en amont des missions, et ensuite dans l’encadrement de la mission. Partir en mission, c’est un travail d’équipe : le client, le manager intervenant, et le cabinet. Chacun doit tenir son rôle et ses engagements. Si cela ne fonctionne pas, c’est au cabinet de régler le problème. Notre cabinet contractualise à 80% sur recommandation, nous ne pouvons pas nous satisfaire d’un « à peu près » dans ce domaine.

Quel est le statut du manager vis à vis de mon entreprise ?

Directement aucun : c’est le cabinet qui contractualise avec vous sous la forme d’une prestation de services. Pour vous, le manager est un intervenant extérieur par le biais de notre cabinet. Il a une mission constituée d’objectifs concrets et précis. La prestation de services est la seule qui peut garantir toute la souplesse nécessaire à nos interventions. Elle supprime également les risques liés à la délégation de responsabilité des autres types de contrats. Dans certains cas particuliers (mandat social, présidence des IRP, PSE) le cabinet pourra vous proposer des variantes pour sécuriser nos interventions.

Est-il possible de recruter le manager en fin de mission ?

Oui, mais ce n’est pas une finalité programmée au départ, pour une raison d’efficacité : la posture et l’approche d’une personne en période d’essai est totalement différente de celle d’une personne en mission. Un manager n’a ni passé, ni avenir à long terme dans l’entreprise. Ceci nous permet de garantir l’objectivité, le pragmatisme et la transparence de l’intervenant, en dehors de toute velléité personnelle ou politique. Nos contrats prévoient néanmoins ce cas de figure, lorsque les 2 parties ont envie de collaborer au-delà de la mission.

3
La mission

Combien de temps dure une mission de management de transition ?

En moyenne 10 mois chez Inside Management. Mais cela peut aller de 3 mois pour la plus courte, à 24 mois pour la plus longue ! Il existe aussi des interventions courtes (quelques jours), qui ne rentrent pas dans le cadre du management de transition. Ce sont des expertises ponctuelles, sectorielles ou organisationnelles, qui peuvent servir de prélude à une mission plus opérationnelle.

Quels types de missions peut occuper un manager de transition ?

Elles sont très variées (jamais 2 pareilles), mais nous pouvons les résumer en 4 grandes tendances : le pilotage de projets (parfois délicats : spin-off, acquisitions), la création ou la structuration d’une fonction et des équipes associées, le remplacement à valeur ajoutée (profiter d’une vacance pour progresser), et l’expertise spécifique (secteur ou fonction, souvent techniques).

Que se passe-t-il en cas de problème en cours de mission ?

L’encadrement de chaque mission par un directeur associé impliqué nous permet d’anticiper les dérives. Les points d’avancement et les nombreux échanges en off avec les managers servent aussi à cela. Si le contexte de départ évolue considérablement au cours d’une mission, nous pouvons être amenés à proposer un profil plus adapté à la nouvelle situation. Cela reste rarissime, parce que nous consacrons de l’énergie, avec les managers potentiels, pour réaliser un bon cadrage de mission. Nos contrats prévoient néanmoins ce cas de figure.

Comment évaluer la réussite de la mission ?

La réussite d’une mission s’évalue en permanence au cours de la mission par le biais des points d’avancement, sur la base d’un document contractuel : la feuille de route, qui est le fil conducteur. Celle-ci synthétise les objectifs fixés au démarrage de la mission et les actions déployées pour y parvenir. La prestation du cabinet est donc évaluée en permanence. Nous prévoyons également une évaluation post-mission, réalisée entre 2 et 4 mois après le départ du manager. Cette échéance permet de mesurer à plus long terme l’effet de notre intervention.

Combien coûte une mission de management de transition ?

Généralement, les honoraires sont communiqués sous la forme d’un montant journalier. Selon les cabinets, 60 à 80% des honoraires sont rétribués au manager. Le montant des honoraires journaliers dépend de plusieurs paramètres (nature de la mission, durée et rythme de la mission, rémunération de l’intervenant). La fourchette s’échelonne de 500€ HT/jour (mission d’expertise simple à plein temps), jusqu’à 1.400€ HT/jour (mission de DG en contexte de fusion-acquisition par exemple).

J'ai besoin d'un manager, mais pas à temps plein. C'est possible ?

Bien sûr. La solution du temps partagé est très pertinente pour les petites structures avec des budgets limités, ayant néanmoins besoin d’un renfort très qualifié. Dans la phase de qualification des profils, notre cabinet détecte les managers disposés à travailler selon ce mode, qui implique certaines contraintes pour eux.