Management de crise

Le management de crise est un mot très à la mode. Parce que les crises sont très à la mode, il doit rassurer : c’est la crise, mais heureusement, on peut la manager ! Ce terme générique apparait sur 1/4 des CV que nous recevons au cabinet. Il y aurait près de 10 000 candidats en France capables de manager des crises. Ouf…

Certains cabinets de management de transition en ont même fait leur crédo, devenant des grands donneurs de leçons sur la gestion d’entreprise ou le "management des organisations". Mais gare à Merlin l’Enchanteur : aucun manager, aucun cabinet ne possède de baguette magique. Méfiez-vous des spécialistes du retournement, du redressement miraculeux, du management de crise…

Un bon cabinet de transition parle de contribution, de pilotage opérationnel d’un changement majeur, de gestion de transition délicate, mais ne promet jamais de transformer une citrouille en carrosse. La transition apporte la bonne compétence au bon moment, avec un surdimensionnement du manager intervenant qui apporte de la sérénité pendant une étape délicate (source : ‘Guide d’Achat du Management de Transition 2013’, par Jacques Burtin).

Ce type de management regroupe des situations, et donc des expertises très différentes : accident sanitaire ou environnemental, incendie, grève, forte croissance, fusion, internationalisation à marche forcée, écroulement de marché, etc. Les profils pour gérer ces crises sont essentiellement : finances, communication, production, développement, direction générale.

Les qualités communes à tous les managers de crise sont : la capacité de concentration, la finesse du jugement, l’anticipation, l’humilité et la sérénité. Le candidat auto-déclaré manager de crise, sans réelle expérience concrète des situations de crise, fera courir un grand risque au cabinet, et surtout à son client.

Exemple vécu : un sous-traitant automobile international décide la fermeture d’un site de 700 personnes en France. Contrairement à notre recommandation (qui était de choisir un DG charismatique expert dans les relations sociales), le client choisit un expert métier pour assurer la continuité de l’exploitation jusqu’à la fermeture. Nos craintes se confirment dans les premières semaines de mission : l’expertise métier est totalement hors sujet. Le client souhaite néanmoins conserver le manager, jusqu’au CCE fatidique qui signera la fin brutale de son intervention. Le DG expert en relations sociales, sur la base de la bonne relation que nous avions tissée avec les IRP locales, sauve la situation de justesse.

La mission d’Inside Management est d’accompagner les dirigeants d’entreprise et leurs équipes pour leur fournir l’expertise nécessaire au management d’une crise sur Lyon et sa région. La sélection des profils est drastique, parce que chaque mot et chaque minute comptent. Dans ce genre de situation, la présence du Directeur Associé du cabinet est renforcée, pouvant atteindre dans certaines phases une présence hebdomadaire sur le site.

Voir aussi: transmission d’entreprise