Le portage salarial : Exemple à suivre pour le Management de transition ?

Le rapport de branche 2019 du portage salarial est instructif à plusieurs titres.

Depuis sa première introduction dans le code du travail en 2008, le portage salarial s’est structuré et développé à marche forcée. Il représente aujourd’hui un marché de 1 milliard d’euros en France, et bénéficie d’une convention collective.

Les entreprises de portage salarial sont plutôt petites (3 salariés en moyenne), même si la tendance est au regroupement sur ces 4 dernières années. Elles sont basées en IDF (50%) et supportent administrativement la majorité des intervenant(e)s, juste devant la région Auvergne Rhône Alpes.

La facturation dans le portage.

Les salarié(e)s porté(e)s facturent en moyenne 40 heures par mois, ce qui peut paraitre assez faible. Ceci s’explique par l’hétérogénéité des profils, allant de l’intervenant(e) en Management de Transition, qui travaille à plein temps pendant des missions de plusieurs mois, au préretraité actif voulant garder une activité en pointillé, ou à l’expert technique freelance en phase de démarrage de son activité.

La rémunération.

Elle est en moyenne de 60 K€ par an, équivalent temps plein. Ce chiffre est en progression depuis 2016. Là encore les disparités de profils expliquent les moyennes annoncées. 12% des portés gagnaient plus de 40 K€ / an équivalent ETP en 2016, représentant 46% des gains de la branche portage salarial. Notons que le portage salarial n’est pas forcément la source unique de revenus des portés, ils peuvent avoir en parallèle une société personnelle, ou des contrats CDD avec leurs clients.

La structuration du marché.

Cette réussite n’est pas le fruit du hasard. Devant la difficulté à se faire entendre, notamment auprès d’organismes d’état comme Pôle Emploi, les entreprises de portage salarial ont su promouvoir ensemble quelques fondamentaux : intégration au code du travail en 2008, révisé par ordonnance en 2015, et convention collective de branche signée en 2017.

Et le Management de transition ?

Le portage salarial fait figure de bon élève en comparaison du Management de Transition. Pour ce dernier, les instances dites représentatives peinent à gagner en crédibilité en France. Leurs représentants en sont restés au stade déclaratif, sans réelles initiatives concrètes et impartiales. L’image véhiculée n’a jamais été celle que les acteurs de la profession attendaient. La plupart des cabinets référents en 2020 ne souhaitent pas ou plus associer leur nom à ces associations.

Au-delà de nos frontières, les Allemands ou les Anglais ont su se fédérer pour structurer leur secteur, avec les résultats exemplaires que l’on connaît.

Une nouvelle tentative (France Transition, regroupement de 2 associations) est annoncée : effet d’annonce ou réelle ambition d’agir pour l’ensemble de la profession ? Wait and see…

Afin de compléter ces informations, nous vous invitons à regarder notre infographie sur le sujet 👉 Le marché du portage Salarial en une image