La création d’entreprise en France

On pouvait craindre que la création d’entreprise en France s’essouffle en 2020, avec en parallèle une hausse significative des défaillances. En réalité, c’est exactement l’inverse qui s’est produit. 

Quelques chiffres

A part pendant les mois de mars à juin, la création mensuelle d’entreprises est en forte hausse avec 84 000 entreprises créées par exemple en septembre. Les principaux secteurs de création sont : 

  • Le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration avec 29 000 créations, 
  • Le soutien aux entreprises 18000, 
  • L’enseignement, la santé et l’action sociale 8000, 
  • Et les services aux particuliers 7 800. 

Comme toujours et dans les mêmes proportions, 75% de la création d’entreprise en France sont des microentreprises et 25% sont des entreprises « classiques ». Mais le niveau atteint au global représente plus du double de la moyenne des 10 années avant 2017 (année à partir de laquelle la progression est forte et régulière). 

Les mesures en faveur des microentreprises, comme le rehaussement des seuils de CA, ou restrictives, comme la réduction des exonérations fiscales, ont finalement favorisé la hausse des immatriculations depuis 2017. Les microentreprises sont les plus sensibles aux ajustements de réglementation, ce qui se voit nettement sur les courbes d’évolution avec un effet yoyo. Les entreprises classiques progressent de façon beaucoup plus régulière.  

Quant aux startups, elles sont répertoriées majoritairement dans les entreprises « classiques ». Leur évolution n’est pas encore suffisamment documentée sur 2020, mais il est fort probable qu’elles suivent le mouvement général de forte progression. D’autant plus que les opportunités de financement ont été élargies. 

Les régions les plus dynamiques en termes de création sont, par ordre décroissant : Ile de France, Auvergne Rhône Alpes, Pays de la Loire, et Hauts-de-France. Avec 25% du total, l’Ile de France montre une contreperformance significative, sans qu’il soit encore possible de l’expliquer en détail. 

Les défaillances d’entreprises sont en hausse depuis juin 2020, mais sans jamais atteindre les niveaux observés les 10 annéeprécédentesPar exemple lors de la crise de 2008, donc en tenant compte des 2 années suivantes, les défaillances 2020 sont 30% à 50% moins nombreuses, à ce jour. 

 

Gardons l’esprit clair !

Mais attention : le bon résultat des défaillances est majoritairement dû aux aides de l’état, comme une sorte de perfusion qui est encore très active. Les incidences de la crise sanitaire vont plus probablement être visibles à partir de cette année 2021, voire 2022et il est impossible aujourd’hui d’en tirer toutes les conséquences. 

Les analystes du Ministère des Finances et de l’INSEE constatent que, pour l’instant, ce sont les entreprises déjà fragiles avant la crise qui présentent des défaillances. On peut comprendre que tenir quelques mois ou survivre plus d’un an n’est pas le même combat, il faut s’attendre à une forte dégradation en 2021. 

 

Et le Management de Transition ?

Le secteur du Management de Transition est touché comme la plupart des autres métiers du conseil. Quelques cabinets regroupés dans une association (FT) annoncent une baisse de 20% de leur CA en 2020, après une année 2019 contreperformante avec seulement 3% de progression. Sans tomber aussi bas, il est probable que l’ensemble du marché ne marquera aucune progressionet ce sera une grande première. 

Les cabinets qui sont aujourd’hui en difficulté étaient déjà peu vaillants avant la criseEn revanche ceux qui ont une vraie valeur ajoutée auprès de leurs clients semblent tirer leur épingle du jeu dans ce contexte délicat. Finalement, cette crise constitue un révélateur des acteurs de notre marché : les cabinets s’appliquent-ils à eux-mêmes les directives qu’ils recommandent à leurs clients … ? 

 

En conclusion

Comme l’affirmait Xavier Niel en 2014 « il est beaucoup plus simple de créer une entreprise en France que dans la Silicon Valley », cela reste d’actualité. Rajoutons une autre affirmation : il n’a jamais été aussi simple en France de lever des fonds pour lancer ou renforcer un bon projet. Comme l’ont bien compris les créateurs d’entreprise en 2020 et 2021, une crise est souvent le meilleur moment pour lancer une activité.  

 

Sources : INSEE et France STRATEGIE 

Hausse de la création d’entreprise en France en septembre 2020 | Insee 

Les défaillances d’entreprises dans la crise Covid-19 : zombification ou mise en hibernation ? | France Stratégie (strategie.gouv.fr)