Les digital natives : un recrutement malin

La notion de digital natives, ou enfants du numérique, englobe les générations entre les baby-boomers et la génération Y (de 1980 à 2000). Toute une génération qui est née et a grandi dans un environnement numérique : PC, internetmobile, et tablette. Cependant, la prédisposition accordée aux digital natives quant à l’utilisation des outils digitaux est à nuancer. 

Selon une étude réalisée par CSA Research en 2018, lors d’une démarche imposant l’utilisation d’un outil digital, 21% des abandons sont le fait des digital nativesRapporté à la population potentiellement concernée c’est énorme. Cela démontre que la supposée propension à utiliser ces outils n’est qu’une façade. 

En revanche, ils vont tirer leur épingle du jeu par une capacité à s’auto-former rapidement à chaque fois que le besoin s’en fera sentir. 

Digital natives, un atout relationnel 

Cette génération regroupe en 2020 majoritairement des juniors, qui sont des profils motivés et curieux ayant besoin de faire leurs preuves. L’un des avantages dans le recrutement d’un junior et qu’il n’a (normalement) pas ou peu pris de “mauvaises” habitudes professionnelles, et qu’il possède une forte tendance à l’adaptabilité. 

Une caractéristique prédomine auprès des digital natives : les “slashers”. Ils sont une alternative intéressante aux profils mono-métiers, de véritables multi-casquettes qui revendiquent leur côté touche-à-tout. 

Par ailleurs, les slashers souhaitent une plus grande harmonie entre vie professionnelle et vie personnelle. C’est notamment cette volonté qui a stimulé la création de lieux de travail transformés en lieux de vie, imposant plus de souplesse dans l’usage des bureaux.

À l’origine les slashers l’étaient plutôt par obligation, afin de se créer d’autres sources de revenus par une addition de “petits boulots”. Mais ce phénomène tant à devenir un moyen de se créer une vie professionnelle / personnelle sur-mesure. 
 

Conséquences professionnelles  

 

Généralement conscients d’une vie et d’un environnement changeantles digital natives ont majoritairement un sens du respect d’avantage lié à la compétence et non à la hiérarchie ou à l’âge. 

Nous entendons sans cesse parler de la digitalisation des entreprises, et ce n’est plus une option pour pérenniser son business en 2021. Dans ce contexte, les digital natives représentent un atout évident : l’aisance dans l’utilisation des outils digitaux. 

Les digital natives actuellement en activité sont capables d’assumer différentes tâches permettant de réaliser la mise en place ou l’évolution d’une stratégie de digitalisation. Ce nouvel enjeu est taillé sur mesure pour les digital natives : se renouveler pour ajuster sans cesse sa stratégie digitale, en collant au plus près des évolutions rapides de son propre marché. 

 

Les digital natives : un atout économique  

 

Comme pour tous les postes juniors, les prétentions salariales sont mesurées, et dépendent de l’expérience acquise durant des stages et/ou un parcours en alternance. Cette génération est plus attirée et motivée par le challenge, que par le salaire uniquement.

De plus, les digital natives sont adeptes de la formation en autonomie, via tous les supports qu’ils pourront trouver (MOOC, MasterClass, Livres blanc, TEDx, etc.). C’est un peu comme le YouTube des bricoleurs ! Désormais, un riche évantail de formations, et pour beaucoup gratuites, est disponible en quelques clics, ce qui convient parfaitement à cette génération et à son mode de fonctionnement. 

 

En conclusion  

Les digital natives sont une solution pour les entreprises souhaitant bénéficier d’un support technologique et d’un accompagnement dans la construction de leur stratégie digitale. L’aisance à l’utilisation, mais également la position de “multi-casquettes”, sont leurs principaux atouts dans le contexte économique actuel, encore renforcé par la crise sanitaire. Pour beaucoup d’entreprises ils seront la pièce numérique du puzzle de la stratégie globale.